MBHA---image-tendon-coude-IRPW

Le traitement par ondes de choc et les cellules souches

La régénération tissulaire, la production de cellules souches.

Les tendinopathies sont, mis à part les cas de maladies dégénératives, souvent de sources assez communes :

  • soit le tendon est trop sollicité lors de la pratique d’un sport dans de mauvaises conditions (l’inactif qui se lance dans des matchs de tennis ou un marathon le week-end…) ou au travail lorsque le même geste répétitif est effectué à longueur de journée,
  • soit le tendon vieillit, avec des fibres qui dégénèrent et s’étirent donc moins bien.

Pour prévenir ou contrer le vieillissement de ces fibres, des techniques de régénération comme le peignage ou… les ondes de choc sont proposées.

Les principaux tendons concernés sont au niveau de l’épaule (particulièrement le tendon du supra-épineux), du coude, du genou et bien sûr le tendon d’Achille.
Les ondes de choc vont permettre de diminuer voir de stopper l’inflammation (entre-autre action sur les COX-2 responsables de l’activité inflammatoire) et de créer un phénomène de régénération tissulaire par l’activation de la production accrue de cellules souches et de collagène.

MBHA---Epicondylite

Le traitement médical par ondes de choc

À l’occasion du Congrès de la société internationale pour le traitement médical par ondes de choc (ISMST) qui se tenait à Vienne, en juin 2013, les experts ont présenté les conclusions de récentes recherches internationales qui démontrent que le traitement médical par ondes de choc stimule l’organisme à produire davantage de ses propres cellules souches pour une utilisation dans le processus d’auto-guérison, phénomène permettant la régénération tissulaire dans le cadre de plaies, tendons… Ce type de guérison permet d’éviter d’en nombre de cas une chirurgie sophistiquée, invasive et coûteuse.

Une des premières utilisations des ondes de choc fut dans le cadre de retard de consolidation, de pseudarthrose.
Des études récemment publiées démontrent que les ondes de choc sont aussi efficaces que les méthodes chirurgicales dans le traitement des fractures osseuses ne guérissant pas. Cependant, ce type de thérapie est supérieur à la chirurgie en terme de réhabilitation : « Les patients ayant reçu un traitement par ondes de choc ont connu des complications nettement moins nombreuses et moins graves », a expliqué Markus Gleitz, chirurgien orthopédique et secrétaire général de l’ISMST. Wolfgang Schaden, responsable du département ondes de choc à l’AUVA Trauma Centre Meidling, a ajouté : « Les patients en question récupèrent plus vite et leur réhabilitation est plus rapide. C’est bien moins douloureux pour les patients et ils se remettent plus rapidement, pouvant ainsi reprendre leur travail plus tôt».

La régénération tissulaire

Ces ondes de choc radiales ou ondes de pression radiales stimulent les facteurs de croissance liés à l’angiogénèse tels que l’eNOS (synthase endothéliale d’oxyde nitrique), le VEGF (facteur de croissance de l’endothélium vasculaire) et le PCNA (antigène nucléaire de prolifération cellulaire). Cela favorise la néovascularisation, améliore l’approvisionnement sanguin et augmente la prolifération cellulaire ainsi que la régénération tissulaire pour la réparation du tissu osseux et du tendon.

MBHA---Vibratoire-sur-trapeze

Les séances d’ondes de choc sur un tendon doivent être suivies par un traitement musculaire pour faire relâcher les tensions, d’abord sur les points de contracture des muscles adjacents puis, par un traitement vibratoire (infrasons) qui vont étirer fascias et fibres musculaires tout en drainant les toxines relâchées par les points de contracture. De ce fait, le traitement est complet et parfaitement dans la logique d’un traitement du masseur-kinésithérapeute.