photo-principale_300

Ondes de choc contre troubles de l’érection

Paris, Nîmes, Bordeaux… les ondes de choc sont utilisées avec succès sur les troubles de l’érection.

Parfois, la verge n’est pas assez vascularisée pour permettre l’afflux de sang nécessaire à une bonne qualité d’érection. Un nouveau traitement est actuellement testé à l’hôpital Tenon à Paris : la thérapie par ondes de choc.

Le Dr Jean-Baptiste Terrasa, urologue, explique le mécanisme d’action : «la machine génère des ondes de choc qui vont se diffuser dans la verge et agir sur les vaisseaux. Cette stimulation répétée va leur permettre de faire guérir les vaisseaux et surtout d’en fabriquer de nouveaux». C’est un processus de néoangiogenèse, mais les ondes auraient aussi un effet sur les mécanismes antioxydants.

Cette stimulation ne peut fonctionner que pour certains troubles de l’érection comme le confirme le Dr Terrasa : «L’érection se déroule en trois phases : une phase hormonale, une phase neurologique et une phase vasculaire. La thérapie par ondes de choc va agir sur la phase vasculaire. Les patients type pour ce traitement vont être les patients tabagiques, les patients qui ont des problèmes de coronaires, qui ont de petites artères bouchées».

Traiter les troubles de l’érection

Traiter les troubles de l’érection avec les ondes de choc, c’est l’une des stratégies les plus prometteuses depuis l’invention du Viagra, il y a 15 ans. «Il pourrait s’agir d’une évolution majeure dans la prise en charge de la dysfonction érectile, nous explique le Pr François Giuliano, président de la Société européenne de médecine sexuelle et également praticien à l’hôpital Raymond-Poincaré. Le sujet a, en tous cas, occupé les spécialistes réunis à Madrid pour le congrès annuel de la Société européenne de médecine sexuelle au début du mois de février 2016.

Dans quatre cas sur cinq les dysfonctionnements d’érection ont une origine cardio-vasculaire. Le marché est vaste en dépit de l’appréhension d’avoir à subir des chocs appliqués sur l’organe sexuel. Les scientifiques précisent qu’aucun patient ne s’est plaint d’effets secondaires ou de douleurs malgré les chocs émis pendant 3 minutes de séance de soins.

La technique

La technique consiste à traiter les tissus érectiles du pénis en y appliquant directement des ondes de choc de faible intensité. «Une stratégie apparue en 2009 que l’on doit au Dr Yoram Vardi», directeur du service d’urologie du Rambam Medical Center à Haifa (Israël). «C’est un traitement tout à fait innovant en la matière car ses effets perdurent dans le temps au contraire des solutions pharmacologiques qui existent comme le Viagra», précise le Pr Giuliano.

A Nîmes également la thérapie par ondes de choc extracorporelles à faible intensité est utilisée pour fournir une nouvelle alternative aux médicaments, ayant déjà fait la preuve de son efficacité dans d’autres domaines tels que la cardiologie (séquelles d’infarctus), la dermatologie (lésions cutanées chroniques), ou l’orthopédie (tendinopathie).

Cette technique, non pharmacologique, n’a pour le moment pas été responsable d’effets indésirables gênants et permet d’éviter les interactions médicamenteuses ou contre-indications et supprime la nécessité d’une prise quotidienne de médicaments pour des rapports sexuels espacés ou à la demande, juste avant l’acte. Enfin, le fait d’appliquer le traitement uniquement sur le pénis permettrait d’éviter les effets indésirables au niveau des autres organes.

Il faut bien sûr avoir le bon protocole avec les applicateurs qui vont bien et la formation.